Questions à l’handicapé

get-attachment-aspx_Je vais à nouveau te parler de handicap, mais de façon bien plus personnelle que la dernière fois. Pour ne pas changer mes habitudes, je vais essayer de faire un truc un peu fun, pas trop pathos et plein d’humour. Il y a quelques jours, je t’ai demandé sur les réseaux sociaux qu’elles étaient les questions indiscrètes, débiles, fun ou sérieuses que tu te posais sur le handicap en général et plus particulièrement sur le mien. Je dois t’avouer que je n’ai pas été déçu par tes questions. Je vais donc essayer d’y répondre avec la plus grande honnêteté possible. Pour la forme, je les ai intégrés et remodelés dans une sorte d’auto-interview.

Continuer la lecture de Questions à l’handicapé

Une autre vision du handicap : Un con comme les autres

66097277_p-400x279Ça fait longtemps que je voulais écrire sur le handicap. Après avoir repoussé l’échéance à de nombreuses reprises, je me lance aujourd’hui. Non, ne fais pas cette tête-là, ça va bien se passer, je vais éviter le pathos, et tenter de t’intéresser un minimum et même de te faire sourire un peu.

Tu dois te demander pourquoi je parle de ça maintenant, et bien pour tout te dire, je commençais sérieusement à saturer à force de lire des conneries sur le sujet. Ras-le-bol que des gens tentent de s’exprimer et de penser à ma place ! La plupart des gens ne comprennent pas du tout le truc, ou du moins pas dans son ensemble. Le handicap, ça se vit, c’est tout ! Bref, quoi de mieux qu’un handicapé pour en parler après tout?

« Les handicapés sont des cons comme les autres », cette phrase sortie par le fameux Captain Web (concepteur podcast venu des enfers), résume globalement ma pensée. Sérieusement, cette phrase explique tout. Un handicapé est juste un putain d’humain comme les autres, la seule différence, c’est qu’il possède au moins un truc qui merde un peu. Mais sinon, c’est un humain ordinaire, pour le pire et quelquefois pour le meilleur.

L’humain est une machine, et comme toute machine, il casse, tombe en panne et peu avoir été mal conçu. Un handicapé est une machine avec un problème mécanique et/ou électrique, et il existe un nombre pratiquement illimité de pannes, certaines se réparent, certaines non, mais elles n’empêchent pas de fonctionner totalement. Je suis une machine qui fonctionne, mal, mais qui fonctionne quand même. Bref, tout ça pour te dire, qu’il faut que tu arrêtes de faire une différence systématique entre toi et moi, reste aussi basique que moi, je suis juste un putain d’humain qui déconne un peu, pas besoin de t’en faire tout un monde.

À l’époque où j’étais encore au lycée, un pote m’avait proposé d’aller boire une bière au bar du coin. La terrasse n’étant pas encore installée, il me proposa donc de rentrer à l’intérieur et commença de monter les marches. Au moment d’ouvrir la porte, il se retourna et réalisa que je ne pouvais pas les monter. Il me sortit alors, avec une gêne apparente, cette phrase fabuleuse : « Ah, merde, j’avais oublié ! ». C’est l’une des phrases que j’ai le plus aimé entendre de toute ma courte vie. Il avait donc oublié totalement mon handicap, et ça, bah ça fait du bien! D’ailleurs moi aussi, ça m’arrive de l’oublier un peu, heureusement d’ailleurs, si on ne pense qu’à cela, on ne vit plus…

Donc soit sympa, oublie un peu mon handicap.

Voyons maintenant les différentes réactions suscitées par l’handicapé que je suis.

  • La peur : « ah non, t’approche pas du monsieur »
  • L’évitement : « oh, j’ai reçu un texto »
  • La dépréciation : « hum, il doit être bien débile lui, mais c’est bizarre, il ne bave pas ? »
  • La surestimation : « tu es un héros ».

Toutes ces réactions m’exaspéraient au début, mais maintenant ça me fait assez rire, j’essaye même d’en provoquer certaines… Bon, je les critique, mais je peux tout à fait les comprendre, d’ailleurs même moi, ça m’arrive parfois d’ignorer mes compatriotes handicapés et de pas toujours être hyper à l’aise. Je déteste être en présence de mes comparses. Tu vois, la phrase du Captain se relève absolument juste. Bon, l’excuse de vouloir éviter l’effet miroir et la ghettoïsation du truc. Et puis se déplacer en troupeau de handicapés, ça explose le taux de réactions négatives, faut avouer que ça fait un peu zoo quand même…

Les réactions d’héroïsme, particulièrement répandues chez le catho de base (je suis sûr que je pourrais pécho dans ce milieu… Enfin, bref… Je m’égare, pardon.), sont celles qui me font le plus marrer. Bon, je t’avouerai par moment ça gonfle un peu l’égo. Mais c’est quand même bien débile, car OK, je galère pour faire à peu près tout et je le supporte, mais ça ne fait pas de moi un héros, ni un être supérieur.

Je suis un con comme les autres.

Bon, si l’on se croise dans la rue et que tu passes une bonne journée, regarde-moi normalement et souris bordel ! (Bon, pas trop si tu es une jolie fille, je conduis et j’ai déjà failli me tuer). Ah, et si veux vanner sur le handicap, lâche-toi, bordel ! On peut en rire, il faut en rire, et pas qu’un peu ! Et surtout emmerde les associations de défense des handicapés, on n’est pas des chiens, on n’a pas besoin de SPA !

Vois mon handicap, comprends-le, et surtout oublie-le un peu !